La rose et l’enfant

Scroll this

Dans une oasis éloignée, une rose attend,
Dans une chambre, isolée, une enfant apprend,
Ni l’une, ni l’autre ne se connaissent.
Ce monde n’a plus ni dieu, ni messe.

Le bédouin, dans sa caravane, laisse passer le temps.

Dans l’oasis, le désert gagne du terrain,
Dans la chambre, il s’agit du chagrin,
Deux êtres face à l’enlisement,
Dans un silence étourdissant, terrifiant.

L’homme, à sa fenêtre, écoute le vent.

La tempête se lève et déploie ses forces,
Tournoie autour des palmiers, détruit les cloisons de papier.
La rose, comme l’enfant, fait face à l’atroce,
Lorsque toutes les réalités se défaussent.

Le bédouin, inspire et ferme son auvent.

Le chaos emporte la rose, endeuille l’enfant.
Une tempête en orient, ternit la vie de millions de gens,
Face au silence de son âme, l’enfant attend un instant.
La tragédie atteint son dénouement.

L’homme, à son balcon, entonne le chant.

Soumettez un commentaire